DOGME


DOGME
DOGME

Même si l’on peut parler de dogmes en philosophie, politique, littérature et science, c’est en histoire des religions et plus particulièrement à propos du christianisme que le terme trouve son emploi usuel. Dans cette perspective, le «dogme» est une donnée non pas originelle mais dérivée. Au commencement existe le message de salut: événements survenus dans l’histoire, paroles exprimées dans le langage des hommes; c’est Jésus-Christ, sa personnalité, son enseignement, son destin. L’absolu faisant irruption dans la vie humaine. Ce message se formule en «professions de foi», mais il est beaucoup plus qu’un texte: une réalité qui se transmet, une expérience inépuisable qui peu à peu se fixe en des Écritures tout en continuant de s’approfondir et de s’expliciter. Des questions nouvelles surgissent, des possibilités nouvelles sont offertes à l’homme de mieux comprendre le message, enfin l’annonce de l’Évangile a ses exigences de formulation intellectuelle: des théologies chrétiennes vont naître, multiples, selon les temps, les cultures, la connaissance plus ou moins riche de la tradition antérieure, les philosophies qui leur confèrent leur structure. Toutes ces théologies ne seront pas parfaitement fidèles à l’intégralité et à l’équilibre de la foi, certaines doivent être écartées; l’autorité apostolique elle-même va s’engager dans une formulation plus adéquate, sans opter pour la théologie d’une école. Ce sera la formulation dogmatique, le dogme.

Formulation ecclésiale de la foi en tel temps et tel lieu: il faut y distinguer l’autorité absolue qui vient de la parole de Dieu et l’autorité de l’Église engagée dans la formulation. Aucune parole humaine n’est définitive, le dogme peut être reformulé, dans la fidélité au donné et en fonction de la norme que constituent les formules du passé. On exposera ici la conception catholique, les autres points de vue étant présentés dans les articles suivants: FOI, œcuménisme, église ORTHODOXE, RÉFORME.

Les divers usages du mot

Dans l’Église ancienne, le mot «dogme» recouvrait tout ce qui s’impose à la pratique et à la croyance chrétiennes, avec une insistance sur la doctrine venue d’en haut et transmise par les Apôtres. Il ne s’agit pas encore de formules doctrinales abstraites que l’on distinguerait de la parole de Dieu, mais de professions de foi liturgiques. La notion reste souple au Moyen Âge – où le terme est peu employé, car on lui préfère celui d’article de foi, qui connote un acte personnel – et jusqu’au concile de Trente en Occident, jusqu’à nos jours dans l’Orient chrétien. Ce n’est qu’au XVIIIe siècle que les documents ecclésiastiques emploient le mot au sens moderne, au pluriel d’abord: tel dogme, les dogmes, et non le dogme. Le sens strict actuel se fixe au premier concile du Vatican: désormais le dogme se distingue du dépôt divin confié à l’Église comme en étant la proclamation authentique; l’aspect d’autorité et de norme est mis davantage en avant, ainsi que le lien avec le magistère ; il s’agit de formules proprement doctrinales.

Sens général

Quels que soient les développements qu’il comporte, le dogme est toujours caractérisé par sa relation étroite avec la Révélation. C’est l’intelligence que l’Église prend de la parole de Dieu à tel moment de l’histoire, en raison de la nécessité d’écarter telle erreur par une formulation plus juste ou plus adaptée au milieu culturel, ou simplement en raison de la maturation que tel aspect de la foi a connue dans la réflexion chrétienne, et dont la vie sociale de l’Église exige la communication par une formule. Mais tantôt ce lien à la parole divine signifie une simple réexpression de son contenu déjà accessible, tantôt il s’agit d’en dégager une conséquence, une implication, une condition de possibilité tout à fait immédiate; l’absolu de la parole de Dieu aux hommes ne peut leur devenir intelligible que peu à peu, et cette compréhension voulue par Dieu est incluse dans la Révélation elle-même. Parfois, enfin, il est impossible sans d’absurdes contorsions de montrer cette appartenance sous forme de simple explicitation de ce qui était implicite dans un texte, mais il faut dire que c’est l’expression réflexive du «vécu», de l’expérience chrétienne qui déborde la Parole consignée. C’est tout le problème de la Tradition vivante qui ne contient pas d’«autres vérités » que l’Écriture, mais constitue une communication vécue de la même réalité (et de l’intelligence de l’Écriture elle-même), avec ce que cela implique de fécondité, de confrontation avec les questions et les richesses de toutes les générations.

Sens strict

Si l’on entend dogme au sens moderne, strict, il faut distinguer dans la proposition de l’Église les affirmations qu’enseigne tout le collège épiscopal successeur des Apôtres (magistère ordinaire) et celles que promulgue solennellement un concile œcuménique ou le pape dans l’exercice de son infaillibilité (magistère extraordinaire). De telles promulgations n’ont pas lieu de façon habituelle, et le IIe concile du Vatican s’est refusé à toute définition solennelle. D’autre part, elles sont intervenues surtout dans le passé en vue de faire face à une menace d’erreurs, si bien que l’on n’a pas toujours exprimé les aspects les plus profonds et les plus centraux du message chrétien; il est donc nécessaire de situer ces dogmes dans l’ensemble de la foi au mystère chrétien. Il est nécessaire aussi de faire droit à une certaine hiérarchie des vérités; toutes ne sont pas de même importance, toutes ne sont pas liées d’aussi près à l’essentiel, qui est le don de Dieu en Jésus-Christ: «Il y a un ordre ou une hiérarchie des vérités de la doctrine catholique, en raison de leur rapport différent avec le fondement de la foi chrétienne» (Vatican II). D’autre part, ce qui a été dit du magistère ne doit pas faire penser que l’ensemble du peuple chrétien n’est pas concerné par cette expression de la foi: c’est lui le sujet de la Tradition vivante, le gardien de la foi; c’est seulement à la lumière de la foi du peuple tout entier qu’une affirmation pourra être reconnue comme foi de l’Église. Avec l’autorité qui lui est propre et qu’il tire du Christ, le magistère formule cette foi du peuple de Dieu; et son indéfectibilité concrétise celle de l’Église entière. Dans l’Orient chrétien, on insiste beaucoup sur le phénomène de la «réception» ou non-réception des formulations officielles par la communauté entière. Certaines décisions disciplinaires ou doctrinales se trouvent aussi mises à l’écart par la vie même, et en dehors de toute décadence.

Signification des dogmes

Le dogme, comme la parole divine elle-même et la théologie qui en recherche l’intelligence, a une valeur intellectuelle réelle, même si cet aspect est à entendre de façon moins rigidement intellectualiste qu’on ne l’a fait parfois. La certitude de foi est non seulement confiance, mais connaissance. Quand il s’agit de Dieu et de tout ce qui touche à Dieu, la connaissance n’est jamais qu’une connaissance pauvre, susceptible d’une critique «négative», c’est-à-dire rejetant le mode humain imparfait de l’expression. Ce caractère balbutiant concerne la foi elle-même, la théologie, et finalement le dogme, qui n’est jamais qu’un discours humain, inadéquat et cependant vrai. Humain, il est aussi dépendant du temps où il a été élaboré, et il est classique d’insister sur le fait qu’en utilisant tel terme l’Église le reprend selon sa signification universelle et sans canoniser tel système particulier («natures», «substance»). Mais on était d’autant plus soucieux de souligner ce fait que l’on considérait un peu trop les formules comme immuables en elles-mêmes, alors qu’il est préférable de reconnaître qu’elles peuvent être, à certaines conditions, remplacées par d’autres.

On est passé, en ce domaine, de la conception fixiste d’un dogme immuable à la considération d’une certaine évolution. Celle-ci a d’abord été conçue de manière trop étroitement logique: explicitation d’un contenu de pensée, puis, comme on l’a vu, de manière organique. Il est bon d’insister sur l’homogénéité, la fidélité de ce développement par rapport au donné initial et de les opposer à certaines conceptions évolutionnistes. Toutefois cela ne doit pas faire méconnaître le rôle de l’histoire profane dans ce processus, et plus généralement celui de la vie de l’Église dans le monde dont elle fait partie: de l’homme vivant dans cette histoire viennent les questions qui, sans cesse, réinterrogent l’Évangile et provoquent de nouveaux efforts de la réflexion chrétienne. Surtout, cela ne doit pas conduire à une vue apologétique du développement homogène progressif du dogme chrétien, incluant à chaque étape le fruit entier de ses acquisitions antérieures. Le processus est plus complexe, fait de recherches, d’oublis, de redécouvertes; il y a des développements en des sens divers. À toute époque il faut reprendre le message en fonction de ce qu’on est, il faut donc réinterpréter le passé, avec les risques que cela comporte. Le penser et l’exprimer – qu’il s’agisse de théologie ou de dogme – c’est lui donner des structures nouvelles avec les ressources philosophiques et culturelles du temps. Cela suppose, dans la fidélité non seulement à l’essentiel, mais même à l’exemple normatif des élaborations du passé, une nouvelle formulation. «Autre chose est le dépôt même ou les vérités de la foi, autre chose la façon selon laquelle ces vérités sont exprimées, à condition toutefois d’en sauvegarder le sens et la signification» (Vatican II, L’Église dans le monde de ce temps , no 62, reprenant le discours de Jean XXIII du 11 oct. 1962).

Unité de la foi, pluralité des formulations

C’est de cette dépendance où la formulation dogmatique se trouve placée par rapport à la conjoncture ecclésiale et culturelle que naît une certaine diversité non seulement de la théologie mais des dogmes: «L’héritage transmis par les Apôtres a été reçu selon des formes et d’après des modes divers et a été expliqué çà et là de façon différente selon la diversité du génie et des conditions de vie» (Vatican II, décret sur l’œcuménisme, no 14). Cela ne surprendra que ceux qui se font de la Révélation une conception doctrinaire. S’il s’agit d’un événement de salut, accompagné de paroles ou exprimé réflexivement sous la mouvance de l’Esprit en message salutaire, le donné déborde toujours par transcendance et en richesse vécue les formules. Aucune ne l’appréhende de façon adéquate, et si elles ne sont pas contradictoires elles peuvent être équivalentes dans des horizons divers ou complémentaires. Cette constatation est d’une grande importance œcuménique.

Dans le protestantisme, le problème du dogme est celui de l’autorité, contestée, de la confession unanime de la foi par la communauté entière – non celui de l’autorité de la parole divine elle-même. Chez Luther, la conviction de l’évidence du sens de l’Écriture, l’importance d’un «centre» de cette Écriture, l’insistance sur la foi-confiance contribuent à reléguer dans l’ombre le problème de la formulation dogmatique. Mais l’orthodoxie luthérienne ultérieure attribuera à ses «documents symboliques» une valeur quasi dogmatique. On reconnaît généralement une valeur décisive aux quatre premiers conciles œcuméniques. La prédominance de la foi-confiance réapparaît dans le piétisme et va jouer un rôle, avec la philosophie critique et la critique historique, dans le «protestantisme libéral» (F. Schleiermacher, A. von Harnack, A. Sabatier): primat de l’expérience religieuse, qui est à l’origine des formes sociales de la religion et des dogmes. K. Barth a contribué à revaloriser l’aspect dogmatique dans la foi, mais toujours de manière que l’Église n’apparaisse pas comme disposant de la foi dont Dieu seul est l’auteur en l’homme.

La crise « moderniste » représenta l’émergence dans le catholicisme des problèmes posés par le protestantisme libéral. La découverte de l’aspect historique et relatif des dogmes aboutit à une vision transformiste de leur évolution, fruit des pressions extérieures (A. Loisy). La découverte du conditionnement de l’Évangile et des formulations dogmatiques, la critique de la connaissance conduisent à une mise en question de la valeur intellectuelle de l’affirmation de foi, conçue comme simplement «prophétique» et symbolique (G. Tyrrell). L’insistance sur la valeur morale du christianisme conduit, en dehors même des cercles modernistes, à une conception pragmatique du dogme: il incite à des conduites et écarte des erreurs (E. Le Roy). On peut penser que la pauvreté de l’idée de symbole chez les modernistes et l’intellectualisme rigide et irréel de leurs adversaires ont pesé lourd dans ce débat. Une meilleure compréhension des rapports entre pensée et action ou vie morale (M. Blondel), la revalorisation du symbole comme acte intellectuel véritable (P. Ricœur), l’acceptation d’une certaine palette des formulations de la foi (entre l’affirmation doctrinale et le symbole, entre l’attestation historique et le mythe signifiant) devraient permettre de reprendre le problème avec sérénité.

Beaucoup de chrétiens se posent la question de la nécessité des institutions pour la vitalité du christianisme: gardent-elles l’esprit ou l’étouffent-elles? Parmi les problèmes d’institution, celui du dogme se pose: la foi a-t-elle besoin de formules rigides, intemporelles? Le décalage culturel éprouvé à l’égard des expressions bibliques et dogmatiques aggrave le malaise. Nous avons assez insisté sur la nécessaire reformulation pour pouvoir nous en tenir à poser une question: pourrait-on concevoir que le témoignage soit rendu aux événements fondateurs sans une communauté des croyants, milieu de la tradition fidèle du message, et cette communauté peut-elle à son tour demeurer sans structure ni autorité aucune?

Enfin, depuis le XVIIIe siècle, beaucoup sont convaincus de la nocivité des «étroitesses dogmatiques», source d’intolérance et empêchement à la confluence de ce qu’il y a de profond et de commun entre les religions. Que les convictions dogmatiques aient été source d’intolérance et de crimes odieux, on ne saurait le nier – mais l’expérience actuelle ne tend-elle pas à montrer que dans un autre contexte elles sont compatibles avec le respect d’autrui et le consentement sincère au pluralisme? Le dialogue entre les hommes de religions ou de convictions diverses implique-t-il une réduction à un plus petit commun dénominateur et exige-t-il que le christianisme se défasse de son bien le plus précieux: la foi inconditionnelle à l’absolu de la parole de Dieu adressée aux hommes et venue parmi les hommes?

dogme [ dɔgm ] n. m.
• 1570; lat. dogma, gr. dogma « opinion, croyance »
1Point de doctrine établi ou regardé comme une vérité fondamentale, incontestable (dans une religion, une école philosophique). article (de foi), croyance, doctrine. Les dogmes du christianisme.
Opinion émise comme une certitude; une vérité indiscutable. Des dogmes politiques, littéraires, scientifiques. « Liberté, Égalité, Fraternité, ce sont des dogmes de paix et d'harmonie » (Hugo). Admettre qqch. comme un dogme. 1. loi.
2Absolt LE DOGME : l'ensemble des dogmes d'une religion (spécialt de la religion chrétienne). ⇒ dogmatique. Formation du dogme. Enseigner le dogme. théologie.

dogme nom masculin (latin dogma, du grec dogma, opinion) Point fondamental et considéré comme incontestable d'une doctrine religieuse ou philosophique, ensemble de ces points constituant une doctrine : Les dogmes cartésiens. Le dogme chrétien. Opinion donnée comme certaine, intangible et imposée comme vérité indiscutable : La suppression de tout contrôle des prix est le dogme du libéralisme.dogme (synonymes) nom masculin (latin dogma, du grec dogma, opinion) Point fondamental et considéré comme incontestable d'une doctrine religieuse ou...
Synonymes :
- précepte
- règle
Opinion donnée comme certaine, intangible et imposée comme vérité indiscutable
Synonymes :
- catéchisme
- évangile
- idéologie

dogme
n. m.
d1./d Principe établi; enseignement reçu et servant de règle de croyance, de fondement à une doctrine. Le dogme de la Trinité. Dogme philosophique, politique.
d2./d RELIG Le dogme: l'ensemble des articles de foi d'une religion, notam. du catholicisme.

⇒DOGME, subst. masc.
Proposition théorique établie comme vérité indiscutable par l'autorité qui régit une certaine communauté. Un dogme moral, métaphysique; le dogme du fatalisme. À mesure que les peuples croiront moins, soit à un dogme, soit à une idée, ils mourront moins volontiers et moins noblement (LAMART., Voy. Orient, t. 1, 1835, p. 154) :
1. Hélas! à quels docteurs faut-il que je me fie?
La leçon des Anciens, dogme ou philosophie,
Ne m'a rien enseigné que la crainte et l'orgueil;
Ne m'abandonne pas, toi, qui seule, ô science,
Sais forger dans la preuve une ancre à la croyance!
Le doute est douloureux à traîner, comme un deuil.
SULLY PRUDHOMME, La Justice, Veille 2, 1878, p. 108.
A.— RELIG. Point de doctrine contenu dans la révélation divine, proposé dans et par l'Église, soit par l'enseignement du magistère ordinaire et universel (dogme de foi), soit par le magistère extraordinaire (dogme de foi définie) et auquel les membres de l'Église sont tenus d'adhérer. Dogme de la Communion des Saints, de l'enfer, de l'Eucharistie. Synon. article de foi :
2. De même que les dogmes spéculatifs de l'existence de Dieu, de la Trinité, de la Création, de la diversité substantielle de la matière et de l'esprit, de la vocation de l'homme à la perfection et à la béatitude, conduisent au dogme pratique de la distinction du bien et du mal; de même, les dogmes spéculatifs du panthéisme, du dualisme, du matérialisme, du scepticisme, conduisent au dogme pratique de la confusion du bien avec le mal, ...
LACORDAIRE, Conf. de Notre-Dame, 1848, p. 194.
3. ... « en la personne de Pierre, des autres apôtres et de leurs successeurs, l'Église a reçu directement de Dieu, par Notre-Seigneur Jésus-Christ, la mission de conduire les âmes, à la lumière du dogme révélé et de la morale chrétienne, vers la vie de l'éternité. »
MARITAIN, Primauté du spirituel, 1927, p. 22.
SYNT. Dogme de l'immortalité, de la présence réelle, de la Providence, de la Rédemption, du péché originel, de la Trinité, de l'Immaculée Conception, de l'infaillibilité pontificale; dogme exprimé, dogme révélé.
Au sing. Le dogme. L'ensemble des dogmes. La lettre, l'esprit du dogme; établir le dogme, admettre le dogme attaquer le dogme, croire au dogme, enseigner le dogme; la formation du dogme, un professeur de dogme. Synon. la doctrine. Si jamais le christianisme n'avait été attaqué, jamais il n'aurait écrit pour fixer le dogme; mais jamais aussi le dogme n'a été fixé par écrit que parce qu'il existait antérieurement dans son état naturel, qui est celui de « parole » (J. DE MAISTRE, Constit., 1810, p. 35).
P. anal. (et souvent avec une nuance péj.). Affirmation, thèse, opinion émise sur le ton de la certitude absolue et imposée comme une vérité indiscutable. L'infaillibilité du suffrage universel est prête à devenir un dogme qui va succéder à celui de l'infaillibilité du pape (FLAUB., Corresp., 1852, p. 415). La souveraineté du peuple, qui était le dogme régnant parmi les puritains et les indépendants d'Angleterre (COUSIN, Hist. philos. XVIIIe s., t. 1, 1829, p. 83). L'économie productive faisait de grands progrès et ces progrès étaient tels que vers 1780 tout le monde croyait au dogme du progrès indéfini de l'homme (SOREL, Réfl. violence, 1908, p. 125) :
4. ... la peinture, ou, si on préfère, la syntaxe de la peinture, ses préceptes et ses méthodes, ses lois, ses canons, ses rubriques, ses dogmes, sa liturgie, sa tradition, ...
BLOY, La Femme pauvre, 1897, p. 145.
B.— PHILOS. et IDÉOL. Thèse admise dans une école philosophique particulière (supra ex. 2). Les dogmes stoïciens, platoniciens :
5. Il [Platon] a bien mérité, à cet égard, le témoignage que les Anciens lui ont unanimement rendu, d'avoir été le plus zélé défenseur et le plus fidèle croyant du dogme métaphysique de l'immortalité et du dogme moral des récompenses d'une autre vie.
P. LEROUX, De l'Humanité, de son principe et de son avenir, t. 2, 1840, p. 360.
Au sing. Ensemble des points de doctrine d'un système de pensée. Car tout comme celle au catholicisme, la conversion au communisme implique une abdication du libre examen, une soumission à un dogme, la reconnaissance d'une orthodoxie. Or toutes les orthodoxies me sont suspectes (GIDE, Journal, 1933, p. 1175).
Prononc. et Orth. :[]. Enq. :/dogm/. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1570 (GENTIAN HERVET, Cité de Dieu, I, 258 ds R. Hist. litt. Fr., t. 10, p. 334). Empr. au lat. class. dogma « doctrine, thèse » spéc. en lat. chrét. « croyance orthodoxe, croyance catholique », gr. « opinion, croyance ». Fréq. abs. littér. :1 742. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 3 637, b) 2 373; XXe s. : a) 2 367, b) 1 608.

dogme [dɔgm] n. m.
ÉTYM. 1570; lat. dogma, grec dogma « opinion, doctrine », du v. dokein « croire, penser ».
A
1 Point de doctrine établi ou regardé comme une vérité fondamentale, incontestable (dans une religion, une école philosophique). Article (de foi), croyance, doctrine, règle. || Les dogmes du christianisme. || Dogme qui dépasse la raison. Mystère.
1 Ces coutumes émanent moins directement du dogme de l'immortalité de l'âme que de celui de la résurrection des corps (…)
Montesquieu, l'Esprit des lois, XXIV, XIX.
2 (…) l'Europe cultivée a subi la reviviscence rapide de ces innombrables pensées : dogmes, philosophies, idéaux hétérogènes; les trois cents manières d'expliquer le monde; les mille et une nuances du christianisme, les deux douzaines de positivismes; tout le spectre de la lumière intellectuelle a étalé ses couleurs incompatibles, éclairant d'une étrange lueur contradictoire l'agonie de l'âme européenne.
Valéry, Variété III, p. 203.
2 Opinion donnée comme une certitude. || Des dogmes politiques, littéraires, scientifiques. || Admettre qqch. comme un dogme. Catéchisme, credo, évangile, loi, vérité (d'Évangile). || Les dogmes du libéralisme bourgeois, du léninisme. || C'est un dogme pour lui.
3 Liberté, Égalité, Fraternité, ce sont des dogmes de paix et d'harmonie. Pourquoi leur donner un aspect effrayant ?
Hugo, Quatre-vingt-treize, III, II, VII.
B Absolt. || Le dogme : l'ensemble des dogmes (spécialt, de la religion chrétienne). Dogmatique. || Formation du dogme (→ Construction, cit. 5). || Fixer le dogme. || Attaquer le dogme. || Enseigner le dogme, les divers points du dogme. Théologie.
4 Deux mondes inconnus étaient devant moi, la théologie, l'exposé raisonné du dogme chrétien, et la Bible, censée le dépôt et la source de ce dogme.
Renan, Souvenirs d'enfance…, V, II, p. 203.
5 (…) le dogme précède toujours le rite (…)
Émile Burnouf, la Science des religions, p. 34.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • dogme — dogme …   Dictionnaire des rimes

  • Dogme 95 — Dogme redirects here. For the language teaching method, see Dogme language teaching. Dogme 95 Years active 1995–2005 Country International, started in Denmark Major figures Lars von Trier, Thomas Vinterberg, Kristian Levring, Søren Kragh Jacobsen …   Wikipedia

  • Dogme — gilt zum einen als Methodenlehre des Fremdsprachenunterrichts und zum anderen als Bewegung.[1] Dogme ist ein kommunikativer Ansatz des Sprachenlehrens, der dazu auffordert, auf den Einsatz von Lehrbüchern zu verzichten und stattdessen auf… …   Deutsch Wikipedia

  • dogme — DOGME. s. m. Maxime de Religion ou de science. Les dogmes de la foy, de la religion, de la Philosophie. ces decrets sont receus quant au dogme, & non pas quant à la discipline …   Dictionnaire de l'Académie française

  • dogme — DOGME. s. m. Point de doctrine, enseignement reçu, et servant de règle. Il se dit principalement en matière de Religion. Les dogmes de la Religion. Les dogmes de la Foi sont immuables, mais la discipline peut recevoir des changemens. On dit aussi …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • dogmė — dogmė̃ sf. 1. plotma, lopinys: Pieva išdegė dogmėmis J. 2. geros žemės gabalas: Bepigu tau, dogmes javais užsėjus Paž. Išpjovėme dogmes pievų, kur želia J. Kirmis išėdė dogmes rugių, t. y. gražiausius želmenis J …   Dictionary of the Lithuanian Language

  • Dogme — Un dogme (Du grec δόγμα dogma : « opinion » et δοκέω dokéô : « paraître, penser, croire »[1]) est une affirmation considérée comme fondamentale, incontestable et intangible par une autorité politique, philosophique… …   Wikipédia en Français

  • dogme — (do gm ) s. m. 1°   Terme de théologie et de philosophie. Point de doctrine établi comme fondamental, incontesté, certain . Les dogmes de la religion. Le dogme de la vie future. Les dogmes de la philosophie cartésienne. •   Encore que ces… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • DOGME — s. m. Point de doctrine, proposition ou principe établi, ou regardé comme une vérité incontestable. Il se dit surtout en matière de Religion et de Philosophie. Les dogmes de la religion. Des dogmes religieux. Les dogmes de la foi sont immuables,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Dogme 95 — Dogme95 Pour les articles homonymes, voir Dogme, Dogma et 95. Le Dogme 95 est un mouvement cinématographique lancé en 1995 par des réalisateurs danois sous l impulsion de Lars von Trier et de Thomas Vinterberg. Sommaire 1 Historique …   Wikipédia en Français


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.